ENGOULEVENTS

Comme ces oiseaux migrateurs qui reviennent fidèlement à leur port d’attache, nous vivons dans des lieux différents, nous nous retrouvons régulièrement chez l’une ou chez l’autre.
Nous cherchons ensemble à vivre autrement ce qui fait le socle de toute vie communautaire : le partage de nos missions, la prière et le soutien fraternel.
Marie-France

Je poursuis mon travail de psychothérapeute en recevant à La Barouillère, rue Saint Jean-Baptiste de la Salle où je réside depuis deux ans. Au cours de cette année, j’ai reçu des demandes d’accompagnement spirituel auxquelles j’ai répondu avec joie. A chaque rencontre, je fais l’expérience que c’est vraiment le Seigneur qui nous réunit dans l’écoute réciproque de sa présence. Il en est de même quand je visite mes sœurs auxiliatrices âgées et malades.

Je suis toujours passionnée par l’Ecriture Biblique. Je la partage avec des petits groupes selon leur demande ou en fonction des étapes liturgiques, particulièrement pendant le temps de l’Avent ou à l’approche de Pâques.
Enfin, j’ai le plaisir de retrouver beaucoup d’amis par le chant choral, la pratique de l’anglais ou simplement lors de randonnées en Ile-de-France.

Chantal

Je suis en retraite, heureuse de ce que j’ai vécu en hôpital où j’ai travaillé quelques années en temps qu’infirmière, puis responsable d’aumônerie, et de maisons de retraite. A ce moment-là, j’ai réalisé mon désir de rencontre des plus pauvres, des exclus : accueillir des familles ayant l’un des leurs en privation de liberté, à Fleury-Mérogis, rencontrer des femmes en situation de prostitution, faire un bout de chemin avec d’autres chercheurs de Dieu, dans le cadre du catéchuménat paroissial.

Depuis 2009, je vis dans un foyer logement où je partage la vie des 75 résidents, hommes et femmes retraités, venus d’horizons divers et variés. Aujourd’hui, je vis une autre dimension de la mission à la suite du Christ qui est celle de donner plus de temps à la contemplation, à la vie intérieure et à la présence du Christ en moi. J’ai aussi la mission de me soigner, en restant ouverte et disponible à mon environnement, aux évènements du monde, à tous ces migrants qui quittent tout à la recherche d’une vie meilleure ; je la vis aussi avec toutes celles et ceux qui vivent cette expérience de la maladie, dans la souffrance, la solitude, l’incertitude du lendemain, la pauvreté… et dans la confiance, la paix et l’espérance en Celui qui m’aime et a donné Sa vie pour nous, pour moi… même dans l’épreuve, il fait chanter dans mon cœur : « Le Seigneur est ma force et mon chant, Il est mon salut, de qui aurai-je crainte ? »

Marie

Après de nombreuses années de travail social à plein temps sous des cieux divers mais toujours au service de la même population, j’ai vécu une belle expérience pastorale en aumônerie d’hôpital psychiatrique pendant 13 ans : expérience qui n’est pas vraiment achevée puisqu’elle se poursuit autrement, sous forme de suivi et comme bénévole.

Ces mêmes 13 années, j’ai été au service de notre province de France comme secrétaire provinciale ; et depuis déjà 2007, je suis au service de l’Institut comme secrétaire générale, heureuse de voir ainsi mon horizon s’élargir, même si je suis le plus souvent dans mon bureau, mais heureuse de travailler avec une équipe internationale et de respirer chaque jour le vent d’ailleurs.

Betty

Depuis quelques années j’habite à nouveau à Cergy (après 18 ans ailleurs, dans le diocèse d’Orléans puis de Créteil), dans un ancien presbytère, nommé « Béthel », maison de Dieu, avec une mission d’accueil et d’accompagnement dans ce lieu où de nombreuses nationalités se côtoient. C’est avec bonheur que je découvre, redécouvre, des personnes, des lieux, qui me parlent de fidélité, de joie de vivre, de durée dans l’épreuve. Je découvre, et redécouvre, cette soif d’amitié, d’écoute, de partage, soif de prière dans la vie d’un grand nombre de personnes.
Étant accompagnatrice d’une communauté Vie Chrétienne, et dans plusieurs instances diocésaines, je rencontre d’autres personnes, sur le diocèse, dans la région.
Je suis une passionnée des hommes et des femmes d’aujourd’hui ; tout ce qu’ils(elles) vivent me passionne, me touche. J’aime rencontrer les personnes, écouter leur histoire et communier à leurs joies, leurs souffrances pour avancer ensemble et les porter dans ma prière.
Je suis une passionnée de l’Église, même si parfois « j’ai mal à mon Église », car j’en suis, avec bien d’autres, de tous pays, de toutes races, et tout ce que nous y vivons me passionne, me touche. Participer à sa vie, à sa croissance, mais aussi à ses hauts et à ses bas, me fait vivre et nourrit ma prière.