LYON Plateau

En 1964, alors que l’appel à aller vers les périphéries s’amorçait déjà avec le Concile Vatican II, nous sommes arrivées à La Duchère, un grand quartier populaire et multiculturel alors en construction. Sa rénovation, commencée en 2003, est bien avancée maintenant et nous apprécions de vivre dans un des premiers éco-quartiers labellisés en France. (www.lyonduchere.org)
Aujourd’hui
Nous sommes une communauté de 5 sœurs vivant en deux lieux : C’est une joie d’habiter au cœur de ce quartier très vivant avec ses habitants issus de diverses nationalités, notamment du Maghreb. Les chrétiens sont en minorité mais très engagés dans les différents lieux où se tisse du lien : centres sociaux, Foyer protestant et associations diverses. Nous participons à notre modeste mesure à la vie de notre ensemble paroissial qui regroupe La Duchère et les communes avoisinantes.
En allant faire les courses
Marie-Odile, Marie-Françoise, Agnès et Geneviève habitent ici
Geneviève

Un pied à La Duchère pour vivre des rencontres locales et paroissiales, un pied à l’EHPAD de La Roseraie pour accompagner nos sœurs résidentes, et régulièrement des sauts à l’autre bout de la France pour soutenir nos sœurs engagées avec les exilés à Calais : voilà de quoi alimenter ma prière pour « chercher et trouver Dieu en toutes choses » (Saint Ignace).

Mes vacances préférées : en route vers Saint Jacques de Compostelle !
Ghislaine

« Être là » simplement, au milieu de mes voisins, sur un quartier riche de la diversité de sa population, où je vis depuis 18 ans. Voilà ce que vis maintenant.
Après un problème de santé j’ai renoncé à toute responsabilité, sauf celle de la prière pour les habitants du quartier et le monde. Mais je fais toujours partie de l’association des locataires. Le « vivre ensemble » est sans cesse à bâtir à travers les petites choses du quotidien. En lien avec le Secours Catholique, j’enseigne le français à quelques personnes étrangères. Et je fréquente le « café-parlote », initiative paroissiale qui offre un espace d’échanges gratuits.

Marie-Françoise

Je suis une « sœur âgée », puisque les papiers indiquent le chiffre 84 au compteur de mes années ! Mais le cœur peut-il vieillir quand il est à l’école de Celui qui est la Jeunesse éternelle ? Chaque rencontre au centre social où je suis bénévole pour les cours de français, chaque jour en communauté ou ailleurs, sont occasion d’apprendre, de m’émerveiller ou de compatir, de me convertir ! Je suis plus heureuse à 84 ans qu’à 18 !

Agnès

Ma mission principale est de contribuer à la bonne marche du service diocésain du catéchuménat des adultes . Être au service des catéchumènes, des confirmands et des accompagnateurs a du sens et me fait admirer l’Esprit du Ressuscité toujours à l’œuvre dans son Eglise.
Sur le quartier de la Duchère, j’anime un atelier de poterie Terres de liberté :
où adolescents et adultes peuvent travailler l’argile et s’initier au tour. Joie de ce travail au service de l’expression artistique et de la créativité ! Les jeunes exilés du Service Jésuite des Réfugiés sont les premiers sur la liste.

Marie-Odile

Je bénéficie avec bonheur d’une année semi-sabbatique qui me permet de prendre le temps de relire mes 30 années de vie religieuse, avec un temps de recul pastoral.
Je me rends disponible pour l’accompagnement spirituel dans la vie et l’accompagnement de retraites tout en continuant de m’y former.
Je suis aussi engagée dans une épicerie sociale où je rencontre des personnes de différentes nationalités marquées par une certaine précarité économique.