PARIS Maison mère

Une mission commune nous réunit pour vivre l’accueil et la fraternité :
  • avec celles et ceux à qui nous « ouvrons la porte » que ce soit dans notre maison ou à l’Accueil Barouillère.
  • avec celles et ceux que nous rejoignons de manières différentes, en fonction des missions personnelles de chacune.
  • au-delà du lieu de la communauté, à Calais auprès des migrants.
Isabelle

Après plusieurs années à Marseille et quelques mois à rencontrer des sœurs auxiliatrices à l’étranger dans le cadre de mon troisième an, j’arrive dans la « communauté Maison-Mère » pour y vivre une nouvelle mission.

Tout en résidant à Paris, je deviens responsable de la communauté de nos sœurs aînées qui vivent en EHPAD à Versailles. Elles sont une vingtaine de sœurs auxiliatrices, vivant parmi quelques 200 résidents et je suis à leur service pour les aider à vivre cette étape, animer leur vie communautaire et accompagner leurs soucis de santé éventuels. C’est une grande joie pour moi d’apprendre à mieux les connaître et être ainsi témoin des attentions qu’elles déploient entre elles et autour d’elles.

Anne-Laurence

Cette année, je suis sédentaire puisque j’arrête mes déplacements mensuels sur Calais pour être plus disponible à la Maison-Mère pour l’accueil des Auxiliatrices, de nos familles et de nos amis. J’approfondis mes liens à « Montparnasse-Rencontre » (accueil de personnes à la rue) pour le Café Solidaire du lundi en participant à la Maraude du mardi matin. Je continue au « CISED » (association auprès d’étudiants étrangers de Paris VIII à St Denis) le mercredi la relecture des mémoires d’étudiants de tous pays (Japonais, Coréens, Chinois, Algériens, Marocains, Malien…) avec toujours le même intérêt, heureuse des amitiés qui se tissent au fil des ans ! J’accompagne pour la 2ème année une équipe CVX dynamique et participe avec joie aux divers week-ends proposés. Enfin, je fais quelques accompagnements spirituels ou psychologiques.

Isabelle

J’ai travaillé durant de nombreuses années comme aumônier de prison à Fleury-Mérogis auprès d’hommes détenus, puis avec l’équipe de Jean-Marie Delarue au contrôle général des lieux de privation de liberté, jusqu’en 2014 (voir le site du CGLPL.fr). Toutes ces années ont été pour moi d’une incroyable richesse tant sur le plan humain et sociétal que sur le plan spirituel.

Durant toutes ces années j’ai exercé, aussi, comme psychanalyste à Paris. C’est l’activité que je continue encore maintenant. Elle est une autre façon, tout aussi exaltante, d’approcher le mystère d’une vie humaine.

Je suis responsable de la communauté des Engoulevents et de celle de la Maison Mère.

Sylvie

J’ai rejoint la communauté de la Maison Mère en septembre 2016 pour succéder à Myriam dans sa mission de directrice de « l’Accueil Barouillère »… J’ai la chance de pouvoir compter sur les salariés et sur mes sœurs de communauté pour vivre cette mission. Et je découvre avec bonheur combien l’accueil des parents ayant un enfant hospitalisé, l’attention aux besoins de telle ou telle association qui occupe les salles de la maison, la rencontre plus pressante de l’un ou de l’autre, auxiliatrice ou non, etc. ouvrent mon cœur aux dimensions du monde.

Françoise

J’habite à Calais pour être près des réfugiés, en lien avec le secours Catholique. Il s’agit d’assurer avec d’autres bénévoles et salariés, une présence, de l’amitié et du soutien moral. Depuis un an une sœur italienne, Maria Vittoria, est venue me rejoindre et s’est beaucoup engagée comme bénévole au Secours Catholique, elle aussi. Ainsi notre mission est devenue européenne tout en se rajeunissant. Notre petite maison permet d’accueillir temporairement un(e) volontaire et l’un ou l’autre frère ou sœur, pour une douche ou une bonne nuit au chaud. Pour rester reliée à ma communauté, la Maison mère, et me reposer, je reviens à Paris tous les mois.

Michiyo

Je suis japonaise et autrefois on m’appelait la saisonnière de La Barouillère (assurant régulièrement des traductions lors de rencontres internationales et autres) et maintenant le Seigneur m’invite à passer consécutivement quatre saisons… Quel bon arrangement du Seigneur ! Il me donne le plaisir de travailler en équipe à l’accueil de la Maison Mère. En tant que débutante dans ce domaine de service, j’ai envie tout simplement d’apprendre ce nouveau métier avec Anne-Laurence et Myriam, et sans doute ce processus va me conduire à découvrir et savourer ce que signifie être auxiliatrice dans ce temps de grande transition de notre Institut… J’ai envie aussi de prendre mon temps pour explorer les milieux asiatiques à Paris…