SEVRAN

Installées depuis maintenant un an dans l’ancien presbytère de la paroisse Ste Elisabeth, nous y sommes heureuses ! Nous continuons de découvrir le quartier et la ville de Sevran… et à approfondir notre connaissance mutuelle avec les paroissiens.
Notre vie bien ancrée dans cette réalité multiculturelle, contrastée, dans un quartier en plein développement, nourrit nos insertions qui nous amènent, elles, aux quatre coins du diocèse et bien au-delà. Ces missions ouvrent à leur tour nos horizons à des préoccupations plus universelles : les questions bioéthiques, de justice sociale et écologique, d’oecuménisme… et de la vie de notre congrégation.
Comme souvent dans notre vie auxiliatrice, la diversité de nos missions nous enrichit les unes les autres.
Notre petite maison nous invite à développer notre créativité et un mode de vie simple que nous goûtons beaucoup. Nous avons le désir d’une vie fraternelle et joyeuse… et nous apprécions tout spécialement nos soirées pizza-film qui nous réunissent régulièrement !
Anne-Solen

Heureuse de notre arrivée à Sevran, je découvre avec bonheur les beaux visages d’une petite communauté ecclésiale vivante et riche de sa diversité !
Mes deux missions principales sont aujourd’hui l’enseignement de la théologie morale à l’Institut Catholique de Paris et l’accompagnement spirituel. En ces deux lieux, je me tiens à la croisée de la Parole de Dieu pour l’homme, et des paroles de l’homme cherchant à vivre sa vie en Dieu. Il m’y est donné de contempler la beauté et de Dieu et de l’homme, et de chercher comment aider l’homme à rencontrer Dieu encore davantage. Il m’y est donné aussi, dans la réflexion ou dans l’écoute et la présence, de faire face au mystère du mal en ses multiples facettes. L’enjeu y est le même : aider l’homme, au cœur même de l’épreuve et en dépit du mal, à rechoisir la Vie.

Rachel

Je suis depuis un an à l’Institut Traditionnel d’Enseignement du Qi Gong où je suis un parcours diplômant. Je le pratique tout les jours, dans la recherche d’un art de vivre qui tend à unifier le corps, l’âme, l’esprit et les émotions et à m’ouvrir à une communion plus grande avec le monde qui m’entoure. Le Qi Gong est un média merveilleux pour aller à la rencontre de personnes très diverses et les aider à se reconnecter à leur corps, mais aussi à leurs dimensions émotionnelle et spirituelle. J’ai commencé d’enseigner en quelques lieux et j’espère à l’avenir développer davantage cette activité, notamment auprès de personnes en précarité.

Je travaille d’autre part au service des relations œcuméniques du diocèse. Nous essayons entre autres de promouvoir la rencontre, la connaissance et l’enrichissement mutuels des différentes Églises chrétiennes présentes sur le 93. Et elles sont nombreuses !

Mon engagement local en faveur d’Église Verte, quoi que modeste, signe aussi ma préoccupation pour les questions écologiques et les défis qu’elles posent.

Françoise

Je suis arrivée dans la communauté de Sevran à la rentrée après avoir passé plusieurs années au service de notre congrégation à Paris. J’ai donc encore beaucoup de choses à découvrir : la paroisse dans laquelle nous sommes implantées, le diocèse et le département. J’ai décidé de prendre mon temps. Au cours de ma déjà longue vie auxiliatrice, j’ai été surtout engagée dans la pastorale, plus particulièrement le catéchuménat, le dialogue inter-religieux et la formation chrétienne des adultes. Le temps que j’ai pu passer aussi dans nos archives a été un temps heureux. Celui qui s’ouvre sera le temps d’un nouvel enracinement dont la forme va se dessiner peu à peu.

Hélène

« Donnez-leur vous-mêmes à manger » (Lc 9, 13)… A l’adolescence, cette phrase a rejoint mon désir d’un monde plus juste et m’a orientée vers des études d’agronomie. Aujourd’hui, c’est un même souci de la justice sociale et écologique qui m’habite dans ma mission au Ceras, où je participe à la formation de mouvements ou communautés chrétiennes à la pensée sociale de l’Eglise, tout particulièrement à partir de Laudato Si’, le texte du pape François qui nous invite à écouter « tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres ».

Je suis aussi heureuse de pouvoir concrétiser cet appel, et de m’ancrer localement, à travers un bénévolat d’accueil social au Secours catholique de Sevran. Je m’étonne toujours de la joie, discrète mais profonde, que me donnent ces rencontres, alors même qu’elles nous font côtoyer des vies si éprouvées et expérimenter parfois notre impuissance à apporter des réponses à la hauteur de ce que nous voudrions ».