La famille élargie

 Le premier groupe de personnes réunies par le charisme fut un groupe de personnes… laïques !

En effet, en 1851, Eugénie Smet fonde à Loos une Association de personnes qui prient et offrent leurs souffrances pour les âmes du Purgatoire. Au bout de 3 mois, ils sont 1 500 ! Puis c’est, en 1856, la fondation des Auxiliatrices communautaires, à Paris. Mais des personnes mariées, des prêtres se présentent. Pour eux, Marie de la Providence crée en 1857 les membres honoraires et bienfaiteurs… Puis les Associés ou membres du Tiers Ordre, « Auxiliatrices au milieu du monde » comme dit un texte de l’époque. Ils mènent une vie de prière et s’engagent aux côtés des sœurs dans leurs œuvres tout en restant dans leurs familles. Il y a eu des Associé/es dans presque tous les pays où des communautés ont été fondées. Aujourd’hui, les groupes d’Ami/es laïcs se multiplient dans beaucoup de pays, y compris dans des endroits où il n’y a plus de sœurs voire même où il n’y en a jamais eu.  Les modalités de partage, de rencontre et d’engagement ont varié au cours du temps et aujourd’hui la fraternité des Auxiliatrices séculières et le groupe des Amis des soeurs Auxiliatrices proposent deux manières de vivre de l’esprit de Marie de la Providence.

Les amis des Auxiliatrices

Cet amour nous a mis en route et fonde aujourd’hui notre désir d’en vivre là où nous sommes.

Avec la famille auxiliatrice, dans l’Église et dans le monde, nous vivons de l’esprit de Marie de la Providence, la fondatrice des sœurs Auxiliatrices. Il ne s’agit pas pour nous de changer nos engagements ou d’en rajouter. Il s’agit plutôt d’accueillir les accents évangéliques propres à Marie de la Providence et de les déployer dans une vie de laïcs, dans l’état de vie qui est le nôtre.

Nous cherchons à vivre la communion fraternelle. Pour cela, nous nous retrouvons plusieurs fois dans l’année pour prier ensemble, nous soutenir, nous former et partager sur ce qui fait le cœur de nos vies.

C’est dans l’écoute de la Parole de Dieu, la relecture de nos vies, l’accompagnement personnel, la participation à la liturgie, à l’Eucharistie et à la vie sacramentaire, que nous puisons force et lumière pour vivre de ce souffle spirituel. La pédagogie des Exercices spirituels ignatiens est une aide sur ce chemin.

Télécharger le tract de présentation des Amis pour plus d’information.

 Des hommes et des femmes de diverses régions de France

Marie Hélène

Née en 1957, célibataire, j’habite Marseille.
Je suis dans le groupe des Amis des Auxiliatrices depuis 2006.
Assistante Sociale à la retraite depuis 2019, je suis engagée dans la pastorale des funérailles. Cette mission d’Église fait écho à une phrase du charisme des Auxiliatrices : « être là, pour ceux et celles que l’on oublie, sur des lieux de passage ». Cela rejoint très fort l’invitation de notre Pape François à « aller aux périphéries de l’Église ».
C’est une expérience de rencontres, de dialogues avec des personnes qui n’ont souvent plus aucun lien avec l’Église. Les écouter, être le sourire de Dieu en cette période de deuil. Se sentir proche afin qu’elles ne se laissent pas envahir par cette angoisse de la mort, par la solitude, le désespoir ; mais qu’une brèche d’Espérance peu à peu surgisse en elles et les habite. Témoigner de cette Espérance de la Vie plus forte que la Mort.

Marie-Line

Née en 1957, je suis retraitée depuis le 1er janvier 2018 et j’habite dans ma ville natale, Berck sur la côte d’Opale.
J’étais infirmière puéricultrice pour le département de la Somme et j’ai terminé ma carrière comme déléguée syndicale.
J’ai connu le groupe par Marie Anne Auxiliatrice, ma « petite » sœur et filleule. J’ai ensuite invité mes amies à me rejoindre.
Je suis issue d’une grande famille : 6 frères et sœurs, 17 neveux et nièces et 18 petits neveux et nièces.
J’aime beaucoup me promener au bord de la mer mais aussi dans la nature : cela me détend, me permet de reprendre des forces, de glorifier Dieu dans sa création.
Le groupe des amis me permet d’associer détente et réflexion : cela me ressource et me permet de mieux vivre ensuite mes divers engagements, paroisse, aumônerie de l’hôpital, accompagnement de personnes âgées ou malades dans la famille ou le voisinage, mes loisirs…

Lydie

Maman et mamie heureuse d’Adam et Robin, professeur de français pour des collégiens de la banlieue Est parisienne et de Littérature comparée pour des étudiants en Lettres, c’est à la radio, en 2011, que j’ai entendu parler pour la première fois des sœurs Auxiliatrices. Ce que j’ai entendu a rejoint des convictions vivantes en moi, à savoir la relation qui existe dans la communion des saints. Je n’avais jusque-là nul lieu où les partager. Les « Amis des Auxiliatrices » m’ont accueillie en 2012. Partages, prières, sessions, marches, amitiés m’aident à saisir l’œuvre de l’Esprit et à vivre dans le charisme des Auxiliatrices dans tous mes lieux de vie.

Geneviève

Je suis dans le groupe des Ami(e)s des Auxiliatrices depuis sa création en 2006.
J’étais enseignante en CP. Je suis célibataire et j’ai 82 ans.
Dans le charisme de Marie de la Providence ce qui m’a touchée très vite c’est la phrase « Être la providence de la Providence »
Ce que j’ai très vite pu mettre en œuvre avec un de mes neveux handicapé, ma famille et divers engagements.
Actuellement, ayant moins d’engagements, je continue à être éclairée par ce texte en répondant au coup par coup à diverses sollicitations de la famille, d’amis, de demandes ponctuelles.
Par ailleurs, depuis longtemps je suis engagée dans l’église pour fleurir à la cathédrale, pour les célébrations diocésaines, ainsi qu’à ma paroisse.
C’est une occasion pour moi d’aider à prier à travers l’œuvre de la Création.

Xavier

Bonjour, cht’imi du Pas-de-Calais, j’habite dans les Yvelines. Biochimiste retraité, photographe avant tout, je suis des Amis des Auxiliatrices dès la naissance du groupe en 2006. J’en suis heureux et fier aujourd’hui. Heureux du chemin humain et spirituel que je ne cesse d’approfondir au fil de nos rencontres, fier d’être de la famille auxiliatrice, ancré dans la spiritualité ignatienne. Cette dimension ajoutée au charisme auxiliatrice nourrit mes différents engagements comme l’œcuménisme, le service de la prière des frères ou encore l’accompagnement en souffrance ou en difficulté. Divorcé non remarié, je suis père de trois grands fils dont deux ont quitté ce monde, j’ai deux belles-filles et quatre petits-enfants.

Marie Françoise

Née en 1958, je suis célibataire. J’habite dans le Pas-de-Calais. Je suis en retraite après avoir enseigné en collège jusqu’en 2021.
Dans ma paroisse, je participe à l’animation des chants lors des célébrations et je suis catéchiste pour les 6°.
J’ai connu le groupe des Amis des Auxiliatrices en 2008 grâce à une amie. Je suis restée dans le groupe car j’y ai trouvé des temps de partage très profonds, des temps d’enseignement qui m’aident à vivre ma foi dans le monde.
Ce qui m’a rejoint le plus dans la spiritualité de Marie de la Providence, c’est son désir d’ « aller vers ceux que l’on oublie, d’être la Providence de la Providence, d’aider à tout bien quel qu’il soit ».

Mireille

Avec Michel, nous avons été accueillis dans le groupe en octobre 2012. Nous habitons à Cergy. Nous avons élevé ses 3 filles et avons 4 petits enfants. Je suis récemment retraitée du monde médico-social. J’apprécie cette nouvelle partie de ma vie où je peux vivre avec plus de souplesse et de créativité, la relation à Dieu, et avec tout autre. Le groupe des Amis soutient mon attachement au Charisme, m’aide à en vivre et crée une fraternité entre nous. Personnellement, j’ai le désir d’approfondir l’aspect « communion des saints », vivre la solidarité entre vivants sur cette terre et aussi celle qui nous unit à ceux qui, ayant achevé leur parcours ici-bas, vivent déjà une forme de communion avec Dieu.

Michel

Je suis retraité. Je suis marié avec Mireille. Je suis père de 3 filles et grand-père de quatre petits-enfants. J’ai fait la connaissance des Auxiliatrices à travers une proximité ecclésiale et mon activité d’aumônier de prison. Je fais partie des « Amis des Auxiliatrices » depuis octobre 2012. Je suis heureux des temps de rencontre qui nous réunissent et sont pour moi l’occasion d’un ressourcement. J’en apprécie la convivialité, le partage ouvert et profond.

Jacqueline

J’ai 4 enfants qui sont mariés et 10 petits-enfants de 14 à 1 an. Je suis infirmière à domicile bientôt à la retraite.
Le charisme des Auxiliatrices ? Il me donne de l’élan et une grande liberté pour vivre dans ce monde et dans l’Église, et croire… « qu’il n’y a aucune frontière à l’amour » ; je me sens solidaire de ceux que l’on oublie, qui vivent dans la souffrance et l’épreuve. J’essaie « …de les accompagner par la prière et l’action, et la communion dans l’épreuve… » (d’après Constitutions 18)
Le groupe des Amis des Auxiliatrices du Sud à Marseille est le lieu de rencontre où je puise la nourriture spirituelle et l’énergie. L’Espérance nous dit que « nous pouvons changer le mal absolu en bien inestimable ». Regarder en face les signes et les raisons de désespérer du monde et de l’Église ; accepter le découragement, la lassitude, les blessures, ma vulnérabilité ; faire la relecture de mes engagements ; les vivre humblement, être plus moi-même, ne pas me dérober… La prière commune, le partage fraternel, l’écoute bienveillante me permettent de dire mes doutes et difficultés, mes désirs et mes joies. A l’image de Marie de la Providence, en puisant dans la Parole et dans la prière, nous travaillons ensemble la confiance et l’abandon en Christ. L’Amour nous rend fragile et fort à la fois ; nous sommes sur cette terre pour recevoir et donner de l’Amour.
« Nous faisons confiance à l’Esprit qui agit dans le monde et en nous. Il nous entraine toujours plus loin vers un accomplissement auquel nous travaillons de toutes nos forces, mais que nous attendons comme un don. » (Constitutions 34)

Régine

J’ai connu les Auxiliatrices il y a plusieurs années en fréquentant le catéchuménat et la maison diocésaine de Marseille où elles habitent encore aujourd’hui. Je fais partie du groupe des « Amis des Auxiliatrices » depuis le début et j’ai appris à y connaître mieux l’Esprit qui anime la congrégation. J’ai participé à des sessions de formations des Auxiliatrices et à des sessions internationales des Amis des Auxiliatrices et me réjouit de la communion qui se tisse entre nous.

Jeanne

Mère et grand-mère, retraitée depuis 8 ans du médico-social comme directrice d’un établissement recevant des enfants présentant un polyhandicap sévère à Aix en Provence, amie des Auxiliatrices et les connaissant depuis ma jeunesse, je suis attirée par le charisme de Marie de la Providence pour « Aider à tout bien quel qu’il soit ».
Je suis engagée dans mon diocèse en charge du bénévolat et dans ma paroisse à l’économat, en équipe d’animation Pastorale, animation du groupe biblique. Je m’occupe de la rédaction des journaux paroissiaux, du service de Solidarité -Partage. Enfin, je suis présidente du CA d’un foyer de jeunes travailleurs à Aubagne.

Brigitte

J’habite Le Mans, dans la Sarthe, en Pays de la Loire. J’ai exercé en tant que médecin du travail de 1981 à 1993.
De septembre 1993 à 2013 je suis bénévole en pastorale diocésaine : aumônerie d’étudiants, puis étudiante à la Catho de Paris (Institut d’études religieuses dit IER, puis certificat d’études bibliques), animation biblique pendant 9 ans dans le cadre du service diocésain de la formation permanente.
Depuis 2011 et donc actuellement, au service de la spiritualité ignacienne dans divers lieux comme accompagnatrice et animatrice de retraites selon les Exercices.
Passionnée de montagne hiver et été, de randonnée et de vélo (cyclotourisme pendant plus de 25 ans !).
Entrée dans le groupe des Amis des Auxiliatrices lors de sa création à l’occasion du jubilé de 2006.
Au fil des années, les rencontres et sessions « ont élargi l’espace de ma tente » ; cependant une difficulté persiste au niveau des liens avec les communautés auxiliatrices à cause de la distance géographique…
Rejointe plus particulièrement par « aider à tout bien quel qu’il soit », par l’audace de Marie de la Providence qui a envoyé très tôt des Auxiliatrices en Chine.

Fabienne

Née en 1972, j’habite le Pas-De-Calais et travaille en entreprise dans les Ressources Humaines. J’ai d’abord connu le site internet des Auxiliatrices, par une amie qui a voulu me faire découvrir la vocation de sa propre amie, devenue Auxiliatrice. Je cherchais comment vivre davantage de la spiritualité ignatienne. Sur le conseil de son amie, j’ai contacté le groupe des Amis des Auxiliatrices. Depuis 2016, j’apprécie nos rencontres, nos partages de vie. La notion de « Communion des Saints » s’est élargie et approfondie pour moi. « Il n’y a pas de frontière à l’Amour ». Et désormais, je mets des mots sur ce que j’essaie de vivre, à ma petite mesure dans le quotidien : être proche de « ceux que l’on oublie », aider « à atteindre le but de sa création ». A mon tour, je peux dire, en parlant du groupe : « Venez et voyez ! ».

Marie-Laure

Je suis née en 1962 à Brive-la-Gaillarde en Corrèze : c’est dans cette région que réside ma petite famille (frère, belle-sœur, nièce, petite-nièce et neveu) et j’y passe toutes mes vacances scolaires.
Je réside depuis 1989 en région parisienne où j’exerce le plus beau métier du monde : professeure d’Histoire-Géographie.
C’est par l’intermédiaire de Lydie que j’ai fait la connaissance des Amis des Auxiliatrices en 2018. Nous nous réunissons plusieurs fois par an à La Barouillère : cela me permet de rafraîchir et raffermir ma foi grâce à la spiritualité Ignatienne. Lors de ces sessions j’ai la chance de rencontrer des personnes qui ont des parcours différents du mien mais qui m’apportent énergie, confiance et amitié.

La fraternité des Auxiliatrices séculières

Les Auxiliatrices Séculières sont des femmes baptisées qui ont entendu et accueilli l’appel singulier de Dieu à consacrer leur vie en restant « dans le monde, sans être du monde » et l’ont voulu « coloré » par le souffle fondateur qui a été inspiré par Marie de la Providence.

Elles vivent seules ou en famille, dans la dispersion, et prennent en charge leur vie quotidienne. Chacune exerce ou a exercé une profession qui est le lieu de son engagement séculier. Elles cherchent et désirent témoigner de l’Evangile, là où elles sont naturellement insérées. La spiritualité ignatienne et le charisme de Marie de la Providence sont à la base de leur formation. Cette formation se prolonge au travers des liens de communion fraternelle et dans les échanges.

Leurs sensibilités, marquées par le charisme les conduisent à partager et à accompagner le pèlerinage de tout être humain dans les traversées de cette vie et de l’au-delà.

Cette forme de vie consacrée est née à la suite de Vatican II. Aujourd’hui les Auxiliatrices Séculières sont une trentaine, elles vivent dispersées au Japon, en France, en Belgique, en Espagne, en Italie, au Mexique et en Colombie.