Telle une pause dans la vie de l’Institut pour faire mémoire de ce qui a été vécu depuis le dernier Chapitre général de 2013 et pour se projeter dans l’avenir, le 21e Chapitre général a commencé le samedi 3 août 2019. Quatre sœurs de notre Province de France-Belgique y participent comme « capitulantes », d’autres sont au service de la traduction, du secrétariat, des pauses et besoins divers, de l’accueil dans la maison, de la communication… Tout le monde est au travail, dans un grand mélange de langues.

Lors de la messe festive d’ouverture, Gudrun, notre supérieure générale, souligne l’enjeu du chapitre :

« Comment garder la communion autour d’une même mission dans la dispersion avec moins de ressources humaines ?  La communion et la mission commune font partie du patrimoine que nous avons reçu de Marie de la Providence, et que nous nous efforçons de garder fidèlement et de renouveler en vue de notre vie spirituelle et apostolique. Nous savons bien que nos richesses, notre patrimoine, nos particularités ne sont pas quelque chose que nous devons conserver dans nos mains fermées ; nous ne pouvons pas nous y accrocher. Nos richesses et notre patrimoine sont là pour être reçus et partagés avec tous ceux et celles qui en ont besoin, qui sont les oubliés et les perdus de nos sociétés. »

Pendant cette première semaine, les soeurs du chapitre (les capitulantes) ont écouté avec intérêt les présentations des Provinces, dans un vaste tour du monde.  Ces présentations éclaireront les étapes suivantes relatives aux questions pour aujourd’hui et pour l’avenir.

Après ce survol d’une vingtaine de pays, les capitulantes se sont demandé : où est-ce que je sens que l’Esprit nous conduit maintenant ensemble ? Quelle est la question qui doit être gardée, travaillée ?… L’Esprit a soufflé quelques réponses :