Le Purgatoire

Le Purgatoire, expérience de l’amour de Dieu

Pour Marie de la Providence, femme du XIXe siècle, les âmes du Purgatoire, ce sont les plus perdus, les plus oubliés, ceux qui sont en attente de la rencontre de Dieu. Dès l’enfance, son cœur la porte à les aimer et à croire au plus profond d’elle-même qu’il n’y a pas de frontière à l’amour de Dieu : même ces plus oubliés sont aimés de Dieu.

Pour nous, Auxiliatrices d’aujourd’hui, les âmes du Purgatoire, qui sont-elles ? Ce sont des morts, mais aussi des vivants. C’est nous, c’est vous… C’est tous ceux et celles qui savent que l’amour de Dieu est un feu, un feu qui nous libère mystérieusement, qui nous transforme, qui nous purifie et qui nous met en communion les uns avec les autres, par-delà toutes les frontières, même celles de la mort. Nous les Auxiliatrices, nous voulons accueillir cet amour au plus profond de nous-mêmes, et aussi servir ce travail de l’amour, en particulier auprès des plus petits, de ceux qui souffrent, de ceux qui sont aux frontières, de ceux qui cherchent un sens à leur vie.

JÉSUS LE CHRIST : Celui qui porte une attention privilégiée aux exclus

L’amour privilégié du Christ pour celles et ceux qui, dans le monde, sont oubliés, rejetés, nous révèle l’amour du Père. Nous sommes particulièrement sensibles à cette attitude fondamentale de Jésus, qui le fait se tourner en priorité vers les mal-aimés de la société dans laquelle il a vécu. Ce « faible » de Jésus pour les pauvres et les petits est la source de la vocation de beaucoup d’entre nous.

Le purgatoire, c’est comme…

Le ravin dans lequel la brebis s’est perdue et où le Seigneur la retrouve.
La caverne de nos ombres, où nous sommes enfermés, prisonniers, en attente du rayon de lumière de celui qui va nous sauver.
Le lit et la fièvre de la belle-mère de Simon en attente du salut.
Le samedi saint où Jésus passe par la mort et nous rejoint dans nos zones de mort pour nous donner la vie.
Le passage délicat de nos peurs, de nos souffrances de nos péchés et découragements, ce passage où Jésus nous accompagne de sa présence de tendresse et de compassion pour nous mener au Père.
Le lieu de dépouillement où nous nous tenons comme de petits pauvres, devant la croix, les mains vides, lieu de l’espérance et de la confiance radicale en Dieu, lieu de l’abandon à la Providence de Dieu.
Le lieu de la communion avec toute l’humanité en quête de sens, en attente de Dieu, éprouvée, blessée, souffrante.
Il n’y a pas de frontière à l’amour de Dieu. Rien de ce qui fait notre humanité ne lui est étranger et ne peut échapper à sa lumière. Inlassablement, il nous cherche et désire notre vie et notre bonheur.
Le purgatoire, c’est finalement le lieu de la joie d’être aimés entièrement, tels que nous sommes ; joie d’être relevés, guéris, sauvés…