Le Triduum à la radio avec les ignatiens

 

Cette année, l’équipe RCF a choisi de vivre la Semaine Sainte avec ses auditeurs à l’église St Ignace et au Centre Sèvres, à Paris. Tout au long du Triduum, des jésuites et des membres de congrégations religieuses de spiritualité ignatienne nous ont fait entrer dans le mystère de la Passion, de la Mort et de la Résurrection du Christ. Plusieurs Auxiliatrices ont pris la parole et vous pouvez les réécouter ou lire leurs interventions.

Vendredi saint – 2 avril

À 7H45 : Prière guidée avec Isabelle

En ce matin de Vendredi saint, Isabelle G. nous propose de prier ensemble à partir du récit de la mort de Jésus sur la Croix au chapitre 19 de l’Evangile selon St Jean.

Télécharger les pistes de prière.

Samedi saint – 3 avril

À 7H45 : Prière guidée avec Hélène

En ce jour du Samedi saint, jour de grand silence, Hélène nous invite à prier sur le texte de l’ensevelissement de Jésus (Jean 19,38-42).

Télécharger les pistes de prière.

À 11H30 : La présence des Jésuites auprès des Jeunes

Présentée par Pauline de Torsiac

« Accompagner les jeunes dans la création d’un avenir porteur d’espérance » c’est l’une des quatre Préférences apostoliques des jésuites. Qui sont ces jeunes et comment sont-ils accompagnés ?

À l’occasion de la Semaine sainte, RCF a installé ses studios au Centre Sèvres, les facultés jésuites de Paris, lieu phare de formation théologique, philosophique de la Compagnie de Jésus. Intellectuels, éducateurs, fondateurs d’écoles, les jésuites proposent « davantage ». Le mot n’est pas choisi au hasard. Les jésuites ont aussi pour mission d’accompagner les étudiants dans les grandes écoles et les jeunes professionnels.
Pourquoi cette attention aux étudiants et aux jeunes pros ? Quelles propositions ? Dans quel but ? Quel est le profil de ces jeunes ? Pauline de Torsiac accueille six invités qui accompagnent au quotidien ces jeunes, futurs acteurs de l’Église.

ACCOMPAGNER LES JEUNES DANS LA CRÉATION D’UN AVENIR PORTEUR D’ESPÉRANCE
Annoncer l’Évangile aux jeunes est une tradition depuis la fondation de la Compagnie. Les jésuites sont connus pour leurs nombreux collèges, lycées et écoles. À la fin du 19ème, ils se sont investis dans les aumôneries des grandes écoles, qu’on appelle aujourd’hui chrétien grandes écoles.
L’objectif est de « grandir spirituellement et trouver sa place dans le monde » notamment grâce aux exercices spirituels, explique Jacques Enjalbert, aumônier du Centre Saint Guillaume, l’aumônerie catholique des jeunes de Science Po.
Le réseau Magis est un réseau porté par des jésuites, des religieuses, et des laïcs de la spiritualité de St Ignace de Loyola au service de la formation humaine et spirituelle des jeunes de 18 à 35 ans. Le réseau propose l’année Déclic. « Une année de discernement », créée il y a 5 ans, pour « les étudiants qui ont une question vocationnelle au sens large [..] le moteur de l’année déclic, c’est une question qui met en mouvement et qui appelle une réponse » explique Bénédicte Barthalon, Auxiliatrice qui coordonne cette année.
INIGO est le service jésuite de volontariat international. INIGO c’est le nom espagnol de St Ignace. Pour Valentine de Dreuille, présidente de l’association INIGO et ancienne volontaire aux Philippines, le volontariat international fut une expérience pleine de sens pour se mettre en service aux périphéries du monde mais également cheminer spirituellement. « Je voulais que mon volontariat soit inscrit dans une démarche de foi » témoigne-t-elle.

ÉCOUTER ET FORMER POUR INVITER À AGIR
Toutes ces associations et réseaux interconnectés à la famille jésuite sont des lieux de partage, d’écoute et d’accompagnement mais aussi de formation s’appuyant sur les EVO, les Exercices dans la Vie Ordinaire, qui reprennent les exercices spirituels si chers à la vie ignatienne.
Différentes propositions, concrètes et spirituelles, permettent aux jeunes de s’ancrer dans la foi mais aussi d’agir dans le monde. « Pour Ignace tous ces parcours doivent conduire à entrer dans la société » rappelle Gabriel Pigache, responsable du réseau MAGIS.
Dans un monde où le temps semble parfois aller trop vite, la famille ignatienne propose aux jeunes de prendre du temps pour eux. Des lieux de réflexions personnelles, nécessaire à la construction des futurs acteurs de l’Église. « Des lieux où les jeunes peuvent se retrouver, grandir dans la foi et se sentir chez eux » témoigne Valentine de Dreuille.
De véritables « maisons » d’autant plus porteuses de sens en cette période de crise qui frappe particulièrement la jeunesse.

 

Dimanche de Pâques – 4  avril

À 6H30 : Sylvie R. : « Pâques c’est la naissance et la renaissance de notre foi »

Présentée par Pauline de Torsiac

Sylvie nous rappelle le sens du dimanche de Pâques. Un jour où les chrétiens redisent « oui » à leur foi, une véritable renaissance pour les croyants. Après le silence du Samedi saint, les chrétiens accueillent l’allégresse de la résurrection.

Télécharger le texte de son intervention

À 6H52 : La joie selon saint Ignace avec Sylvie R.

Présentée par Pauline de Torsiac

En ce jour de Pâques, les chrétiens fêtent le Christ ressuscité. Sylvie nous parle de la grande joie de Pâques : « La joie de Pâques, elle touche très profond en nous, elle est allégresse, dynamisme, mise en mouvement. »

Télécharger le texte de son intervention

À 10H00 : Pâques 2021 : Être des témoins du Christ ressuscité

Présentée par Véronique Alzieu

Emmanuelle est responsable des Auxiliatrices de la province de France et de Belgique. Elle nous parle de la « douce » joie de Pâques et du Christ ressuscité.

La vocation des sœurs auxiliatrices est d’accompagner des personnes en situation de passage : de l’enfance à l’âge adulte, de la santé à la maladie, de la vie à la mort, et toutes sortes de passages qui peuvent être à faire dans une vie.
Leurs lieux d’engagement sont très divers, mais où qu’elles soient, elles essaient d’être témoins du Christ ressuscité. Car « Pâques » signifie « passage » et la douce joie de la résurrection peut éclairer chaque existence, même la plus éprouvée.

POÈME DE PAUL ELUARD INTITULÉ « PRINTEMPS » PROPOSÉ PAR EMMANUELLE

Il y a sur la plage quelques flaques d’eau
Il y a dans les bois des arbres fous d’oiseaux
La neige fond dans la montagne
Les branches des pommiers brillent de tant de fleurs
Que le pâle soleil recule

C’est par un soir d’hiver dans un monde très dur
Que je vis ce printemps près de toi l’innocente
Il n’y a pas de nuit pour nous
Rien de ce qui périt n’a de prise sur toi
Et tu ne veux pas avoir froid