Pour le respect de la dignité des exilés à Calais

Nous sommes solidaires des grévistes de la faim et nous vous invitons à vous mobiliser aussi pour le respect des personnes exilées à Calais. C’est pourquoi nous vous communiquons des extraits d’un message du Collectif de citoyennes et citoyens pour le respect des droits des personnes exilées.

Depuis le 11 octobre dernier, trois militant.e.s engagé.e.s à Calais sont en grève de la faim en soutien aux 1500 personnes exilées qui tentent d’y survivre dans des conditions absolument inhumaines : expulsions quotidiennes, confiscation ou destruction de leurs affaires personnelles, humiliations…

Philippe est prêtre jésuite et aumônier du Secours-Catholique du Pas-de-Calais, il accueille et accompagne les exilé.e.s de passage dans l’accueil de jour de l’association ; Anaïs et Ludovic sont des bénévoles engagé.e.s auprès des associations humanitaires et des personnes en exil sur la route de l’Angleterre.

Pourquoi c’est grave et en quoi ça nous concerne ?

L’objectif poursuivi par le gouvernement est simple : dissuader les personnes exilées de passer par Calais. Le principe et l’efficacité de cette politique peuvent être discutés. Mais Philippe, Ludo et Anaïs posent une question plus basique encore : jusqu’où est-on prêt à maltraiter des êtres humains pour les dissuader de transiter par Calais ?

Quand notre pays empêche les associations d’apporter de quoi manger, boire, se laver à des personnes en détresse, quand il demande à ses forces de l’ordre de déloger, chaque jour, les personnes, de leur confisquer le peu qu’ils ont, de les harceler, les lignes rouges n’ont-elles pas été franchies ?

Mais si notre pays traite les personnes exilées comme des bêtes, il n’y pas que leur humanité qui est en jeu : il y a la nôtre aussi. Ce que font les pouvoirs publics français à Calais, c’est en notre nom.

Quelles sont les revendications des grévistes ?

Par cette grève de la faim, c’est l’arrêt de la maltraitance des exilé.e.s qui est demandée avec 3 revendications simples, claires et immédiatement applicables :

  1. Arrêt des expulsions des lieux de vie pendant la période hivernale ;
  2. Durant cette même période, arrêt de la confiscation des tentes et des effets personnels des personnes exilées ;
  3. Ouverture d’un dialogue citoyen raisonné entre les autorités publiques et les associations humanitaires pour obtenir le minimum vital pour la santé et la dignité des personnes exilées :  à minima l’ouverture de points de distribution de tous les biens nécessaires.

Comment participer à la mobilisation ?

Vous souhaitez soutenir cette action, vous engager pour que les pouvoirs publics entendent que la violence faite aux exilés est inacceptable et permettre aux personnes exilées de pouvoir vivre plus dignement ?

  • Signez et relayez la pétition https://bit.ly/3AX56m8
  • Affichez votre soutien, à travers un message individuel ou collectif : par exemple vous pouvez poster une photo ou une vidéo de vous ou de vous et votre famille vos ami.e.s avec un panneau, avec ou sans votre prénom + votre ville et un message (par exemple : “Je m’appelle X, j’habite à X – JE SOUTIENS LES EXILÉS et LES GRÉVISTES DE LA FAIM à CALAIS”)
  • Partagez massivement votre soutien sur les réseaux sociaux (LinkedIn, Facebook, Twitter, TikTok, Instagram…) avec la mention #faimauxfrontieres, le hashtag de cette action, et aussi via des listes emails de vos contacts personnels

ET SURTOUT quoi que vous fassiez, sachez que si vous signez la pétition et la faites connaître autour de vous ou si vous suivez les grévistes sur les réseaux sociaux… c’est un sacré soutien et un sacré message que vous envoyez aux personnes exilées et aux grévistes mais aussi au gouvernement qui doit répondre aux demandes de trêve et de dialogue !